CORONAVIRUS : étude de l’opinion publique au sujet des vaccins sur le web

CORONAVIRUS : étude de l’opinion publique au sujet des vaccins sur le web

CORONAVIRUS : étude de l’opinion publique au sujet des vaccins sur le web 1203 1417 Opinion Act

CORONAVIRUS : quels sont les facteurs d’adhésion et de rejet des vaccins en France ?

Alors que la campagne de vaccination contre la Covid-19 s’accélère, l’adhésion aux vaccins se renforce peu à peu en France. Selon des chiffres du cabinet Kekst CNC, la majorité des Français (59%) souhaite désormais se faire vacciner, contre 40% en décembre. La France reste parmi les pays les plus sceptiques concernant la vaccination, loin des 73% d’adhésion des citoyens allemands. D’ailleurs, la “décrispation vaccinale” ne touche pas l’ensemble de la population de manière homogène ; de même, tous les vaccins ne présentent pas le même taux de confiance.

En étudiant l’expression spontanée des publics sur la vaccination, nous avons voulu comprendre quels sont les mécanismes d’adhésion et de rejet de la vaccination en France, à partir des discussions relatives aux quatre vaccins les plus mentionnés sur la période du 1er décembre 2020 au 28 février 2021. Trois sont déjà mis sur le marché en France (Pfizer, Moderna, AstraZeneca), le quatrième est Sputnik V. Pour cela, nous avons procédé à un échantillonnage aléatoire de 200 commentaires sur les espaces crawlés par l’outil de social listening Talkwalker. Nous avons appliqué la méthodologie d’analyse d’Opinion Act en distinguant les canaux d’expression, les registres d’expression, les arguments en présence et la tonalité à travers notre échelle d’acceptabilité sociale. Cette échelle comporte neuf niveaux alliant la notion de tonalité (positive ou négative) et l’expression de sentiments ou de comportements (doute, rejet, soutien…). 

Principaux enseignements de l’expression des publics sur le web à propos de la vaccination contre la Covid-19

Les principaux arguments pour et contre les vaccins contre le coronavirus

7 types d’argument ont été dégagés de l’expression spontanée des publics en faveur ou défaveur de la vaccination, dont certains s’avèrent rationnels (résultats d’efficacité, composition…), d’autres plus en proie à des croyances ou idéologies (conspiration, gestion politique, peur de l’inconnu face au rapport bénéfice/risque…).

les arguments pour et contre les vaccins contre le coronavirus

 

 

Une opinion assez tranchée sur les vaccins contre le coronavirus

38% de prises de position contre seulement 5% de questionnements : l’opinion à l’égard des vaccins est, dans les intentions, plutôt tranchée et illustre parfaitement que la vaccination fait l’objet d’un biais Dunning-Kruger ou effet de surconfiance (les moins qualifiés dans un domaine surestiment leur compétence à force de lire des informations sur le sujet). Ils sont néanmoins 27% à être dans une posture d’analyse de l’information pour se faire leur opinion.

répartition de l'opinion sur le web à propos des vaccins contre le coronavirus

Les opinions sur le web sur les vaccins Astrazeneca, Pfizer et Spoutnik

Astrazeneca

Astrazeneca, en dépit du bruit médiatique et jusqu’au 15 mars en tout cas, n’était pas le vaccin le plus décrié. Jusqu’à l’émergence des cas de thromboses, le vaccin anglais rassemblait les arguments rationnels les plus positifs, de la composition à l’efficacité.

Pfizer

A l’inverse, Pfizer concentrait la majorité des craintes du public, et ce, principalement à l’égard du rapport bénéfice/risque et parce que le laboratoire se trouve mêlé à des théories complotistes larvées.

Spoutnik

A l’opposé, le vaccin russe Spoutnik reçoit un vrai plébiscite des internautes avec 66% de prises de position modérées ou positives. Il bénéficie du mécanisme de réactance de l’opinion publique, s’estimant lésée par une Commission européenne trop lente à agréer le vaccin en Europe.

les canaux d'expressions sur les différents vaccins contre le coronavirus

Vaccins contre la Covid-19 : confrontation entre les arguments rationnels contre les arguments émotionnels

Une opinion très polarisée avec autant d’impact du rationnel chez ceux qui adhèrent à la vaccination que d’emprise par l’émotionnel ou le complot chez ceux qui rejettent la vaccination :

  • 70% de ceux qui adhèrent à la vaccination font appel à des arguments rationnels : ils sont dans un registre d’expression de décryptage de l’information et mettent en avant la composition du vaccin ainsi que les chiffres prouvant les résultats d’efficacité
  • 73% de ceux qui rejettent la vaccination sont sous l’emprise de biais émotionnels : leur posture est la prise de position sans étayer leur sources d’information et leurs arguments se concentrent à 32% sur le rapport bénéfice-risque, 26% sur le manque de transparence et les thèses complotistes. 

Le rapport bénéfice/risque penche en faveur du statut quo pour les opposants aux vaccins

  • Le rapport bénéfice-risque met en œuvre un biais cognitif majeur : le biais de statu-quo. Le biais de statu-quo est un mécanisme de défense qui agit lorsque le risque est perçu par l’individu comme surévalué, et lui fait considérer l’action plus risquée que l’inaction. L’argument largement avancé du rapport bénéfice/risque de la vaccination par les autorités et les médias s’avère totalement contre-productif auprès des populations qui doutent, les poussant au contraire à ne pas se faire vacciner.
  • Ce clivage très net dans le schéma cognitif des opposants et des soutiens à la vaccination montre qu’il est vain de chercher à convaincre les individus en désaccord avec des arguments rationnels

     

1. Quels mécanismes d’adhésion à la vaccination ? 

Nécessaire pour atteindre l’immunité collective et donc la résolution de la crise sanitaire, la vaccination contre la Covid-19 suscite de nombreux débats évolutifs dans le temps. Sur la période analysée, plusieurs arguments à la faveur de la vaccination ont pu être relevés.

les principaux arguments en faveur des vaccins contre la covid-19 sur le web

La composition du vaccin, une source de réassurance

les vaccins Moderna et BioNtch sont des vaccins ARNs

Dès le mois de décembre, à l’annonce de la campagne vaccinale et avant la médiatisation des résultats d’études cliniques sur l’efficacité et l’innocuité des vaccins contre la Covid-19, les Français ont d’abord accordé leur confiance, à 28%, à la composition traditionnelle du vaccin AstraZeneca, en opposition aux craintes suscitées par la technologie, inconnue du grand public, de l’ARN messager des vaccins Pfizer-BioNtech et Moderna. Des internautes ont toutefois pris position en faveur de la technologie de l’ARN messager, soulignant que celle-ci est connue de longue date, depuis sa découverte dans les années 1960.

Les résultats d’efficacité des vaccins contre la covid-19, principal vecteur d’adhésion

Plus probant encore que la composition du vaccin, ce sont les résultats d’efficacité et d’études cliniques qui contribuent à 37% des commentaires positifs. L’avancée de la campagne de vaccination n’a fait que renforcer les prises de position favorables. L’indécision lors des mois de décembre et janvier qui se manifestait par l’envie de ne pas être dans les premiers à se faire vacciner a peu à peu laissé place à la confiance dans l’efficacité vaccinale. Les témoignages des premiers vaccinés et des études sur l’efficacité et l’innocuité des vaccins rassurent la population.

pas d'effet indésirable pour le vaccin astrazeneca

           

 

 

 

 

 

L’organisation de la logistique : une promesse de plus grande accessibilité pour les français aux vaccins contre le coronavirus.

Les arguments logistiques ont aussi contribué à une perception plus positive d’AstraZeneca à ses débuts, face à ses concurrents plus complexes à acheminer et administrer. Le vaccin AstraZeneca était ainsi encensé quant à ses facilités de conservation et d’administration par l’ensemble des professionnels de santé.

les modalités de conservation du vaccin astrazeneca

 

2. Quels mécanismes de rejet face à la vaccination Covid-19 ?

La défiance des Français à propos des vaccins n’est pas nouvelle. Craintes des effets indésirables, méfiance envers l’industrie pharmaceutique, prises de parole influentes amplifiées par les réseaux sociaux… La problématique est connue et est devenue un enjeu de santé publique au cours des dernières années. Si les prises de position ne se traduisent pas systématiquement par un rejet total de la vaccination, elles limitent cependant l’efficacité de la campagne de vaccination. 

la méfiance vis à vis des vaccins anti covid

Une crainte des effets secondaires des vaccins anti covid

La figure ci-dessous met en avant une forte part de rejet (32%) de la vaccination au nom du principe de précaution, par crainte des effets secondaires. La notion de rapport bénéfice/risque, largement utilisée dans les médias et par les scientifiques, génère un sentiment d’anxiété forte dans l’opinion. La médiatisation des cas allergiques ou, plus récemment, des thromboses veineuses avec le vaccin AstraZeneca, a renforcé les craintes des internautes.

La crainte des effets secondaires des vaccins anti covid pèse sur la perception du rapport bénéfice/risque

Complotisme et fakenews, deuxième vecteurs de rejet des vaccins contre le coronavirus

L’incertitude autour des vaccins, de leur efficacité, de leur technologie et des campagnes de vaccination représente un terrain fertile pour les fake news et les thèses complotistes. Plus d’un internaute sur quatre (26%) rejette ainsi le vaccin en fondant ses arguments sur des théories conspirationnistes : présence supposée d’une nanopuce dans le vaccin, dangerosité prétendue des composants, recherche de profit de Bigpharma.  Le PDG de Pfizer a lui-même été victime de cette désinformation : accusé d’avoir refusé son propre vaccin, il ne faisait en réalité pas partie des premiers publics cibles de la vaccination.

le manque de recul concernant les effets secondaires du vaccin Pfizer

Depuis plusieurs années, les théories du complot et la défiance n’épargnent pas les laboratoires pharmaceutiques. La crise sanitaire de la Covid-19 ne fait pas exception. Les internautes reprochent aux fabricants de vaccin un manque de transparence sur les effets néfastes supposés des vaccins, et surtout des liens d’intérêts avec les autorités sanitaires et gouvernementales. Le laboratoire Moderna – rejeté à 36% sur la base d’arguments fallacieux – est ainsi associé de manière négative à Bill Gates, au cœur des thèses complotistes depuis le début de la crise.

méfiance vis a vis du vaccin moderma  théorie du complot contre les vaccins anti covid

 

 

 

 

 

 

 

 

La gestion politique de la crise influe sur l’adhésion à la vaccination

15% des internautes rejettent la vaccination sous l’influence de leur mécontentement à l’égard du gouvernement. Le programme de vaccination du gouvernement d’Emmanuel Macron est désavoué par les Français : si ce constat se retrouve dans plusieurs pays d’Europe, les critiques se sont particulièrement concentrées sur la logistique des vaccins, entre les retards de livraison, l’absence d’un vaccin français et le choix de cibler d’abord les personnes âgées. Plus généralement, la campagne de vaccination est un nouvel exemple de défiance envers des autorités politiques qui souffraient déjà d’une mauvaise image auprès du peuple.

Une crainte de faible efficacité des vaccins face aux variants du coronavirus

L’arrivée des nouveaux variants anglais, brésiliens et sud-africains a également entraîné d’importants doutes des internautes sur l’efficacité des vaccins proposés, pesant 11% des causes de rejet de la vaccination

À ce titre, la réticence d’une partie des professionnels de santé à se faire vacciner, notamment avec le vaccin AstraZeneca en raison de doutes sur son efficacité contre le variant sud-africain de la maladie, influence les internautes. Il en va de même pour les prises de parole des personnalités publiques – les hommes politiques, les stars, ou les dirigeants d’entreprise.

témoignage d'effet secondaire du vaccin Astrazeneca

 

 

 

 

 

répartition des positions sur Twitter à propos des vaccins anti covidFocus sur la réputation des vaccins AstraZeneca, Sputnik  V et Pfizer/Moderna

AstraZeneca : la confiance fluctuante

répartition des opinions sur le vaccin AstraZeneca

Le vaccin proposé par AstraZeneca, en collaboration avec l’université d’Oxford, est représentatif de la fébrilité de l’opinion autour de la vaccination anti-Covid.La confiance placée par les Français dans ce vaccin est particulièrement corrélée à l’actualité médiatique et cristallise les tensions avec, au global sur la période 58% de doute ou rejet.

 

En décembre 2020, soit avant le début de l’administration des vaccins, AstraZeneca se positionnait comme le vaccin préféré des internautes, notamment en raison de sa composition. Régulièrement comparé à la technologie ARNm des vaccins Pfizer et Moderna, le mécanisme traditionnel du vaccin, à vecteur, suscitait la confiance des Français.

doutes sur le vaccin AstraZenecaToutefois, les retards de livraison persistants depuis le mois de janvier, les questions à propos de l’efficacité ciblée du vaccin – qui s’adresse désormais aux plus de 55 ans – ainsi que la suspension récente de la campagne de vaccination à cause d’un risque supposé de thrombose veineuse ont augmenté la part de doute et de rejet du vaccin .

Comme on le constate ci-dessous, le rapport bénéfice/risque et les résultats d’efficacité ont pris plus de poids entre décembre et fin février, contribuant à la perte de confiance progressive.

Croissance de la crainte autour du rapport bénéfice/risque sur AstraZeneca au fur et à mesure du temps

Dégradation de la réputation et acceptabilité sociale d'AstraZeneca dans le temps

 

Sputnik V : un vaccin géopolitisé

Le vaccin russe Sputnik V fait l’objet d’un véritable plébiscite dans l’expression spontanée des internautes avec 63% d’avis de soutien, d’accord ou de relativisation (c’est-à-dire prise de recul positive par rapport à des informations mitigées sur le vaccin).

 répartition des opinions sur le vaccin Sputnik V

 

Cette adhésion repose sur des critères éminemment politiques. Les internautes le défendent à 28% au regard de la perception d’une mauvaise gestion politique européenne et française.

 

les différents arguments en faveur du vaccin Sputnik V sur le web

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors que la revue médicale The Lancet a confirmé début février qu’il est efficace à plus de 91%, la non-validation de Sputnik V par les autorités sanitaires renforce paradoxalement l’adhésion des internautes. 

Ces mécanismes d’adhésion sont soutenus par une importante campagne informationnelle russe qui joue sur la défiance du peuple français vis-à-vis de son gouvernement. La promotion du vaccin s’appuie sur les médias russes – comme RT France – et sur des relais d’opinion médiatique en France – à l’image des tweets de personnalités publiques comme Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon ou François Asselineau. 

le vaccin Sputnik V plébiscité sur Twitter le vaccin Sputnik V plébiscité sur Twitter2

 

 

 

 

 

 

Au-delà de la bataille politique que suscite le vaccin d’origine russe, nous pouvons toutefois observer des critères d’adhésion similaires aux autres vaccins. Si le fonctionnement traditionnel du vaccin est souligné positivement, il persiste à 28% de doutes sur son efficacité face au manque de transparence des études russes.

 Pfizer/Moderna : d’abord vivement critiqués, ces vaccins ont acquis la confiance de l’opinion publique

Les vaccins Pfizer et Moderna sont emblématiques des paradoxes irrationnels qui accompagnent la campagne de vaccination depuis le mois de décembre. Si les Français déclarent aujourd’hui accorder leur confiance au vaccin Pfizer, il était de prime abord le vaccin le plus rejeté par les internautes, aux côtés du vaccin Moderna avec 67% de doute ou de rejet.

répartition des opinions à propos des vaccins Pfizer/Moderna

 

réticences vis à vis des vaccins Pfizer/ModernaLes mécanismes de rejet se fondaient alors à 20% sur le principe de précaution et la peur de l’inconnu face à la nouvelle technologie de l’ARN messager. Entre nanopuce et complot des gouvernements, cette méthode encore peu expérimentée dans la composition des vaccins a fait le lit des théories conspirationnistes en France et dans le monde.

Le laboratoire Moderna a aussi fait l’objet de vives critiques quant à ses liens supposés avec Bill Gates, subissant les thèses complotistes qui entourent ce dernier. Plus généralement, les laboratoires ont été accusés de manquer de transparence sur les implications potentielles de la technologie de l’ARN messager. Pfizer-BioNtech et Moderna sont momentanément devenus le symbole de la défiance entre les laboratoires et de l’influence idéologique américaine.

32% internautes ont aussi fait part de leurs nombreux doutes sur le rapport bénéfice / risque des vaccins et sur l’efficacité de ceux-ci contre les nouveaux variants de la maladie fin janvier, avant que l’opinion publique n’effectue un revirement spectaculaire. La publication de nouveaux résultats d’efficacité début février, la rareté des cas de pharmacovigilance au cours des trois premiers mois de vaccination ainsi que la comparaison avec les nombreux problèmes rencontrés par le vaccin AstraZeneca ont rassuré les internautes, retrouvant les mécanismes rationnels et scientifique d’adhésion aux vaccins.

les différentes opinions exprimées sur le web à propos des vaccins Pfizer/Moderna

Abonnez-vous à notre newsletter

Email *
Nom *
*Champs obligatoires
En soumettant ce formulaire, vous acceptez qu'Opinion Act mémorise et utilise vos données personnelles tel que décrit dans notre Politique de confidentialité   
Remarque : Notre responsabilité est de protéger votre vie privée, et nous garantissons que vos données seront tenues confidentielles.

Recevez notre Newsletter

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique en matière de cookies.

Privacy Settings saved!
Privacy Settings

When you visit any web site, it may store or retrieve information on your browser, mostly in the form of cookies. Control your personal Cookie Services here.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires. Ces cookies sont utilisés par notre hébergeur afin de mémoriser sur quel cluster de serveur les tâches du site sont exécutées.
  • 240plan
  • 240planBAK

  • resolution

Refuser tous les services
Accepter tous les services